GOLDA MEIR

LA MAISON DE MON PERE

En 1972 paraissait en Israël le premier livre autobiographique rédigé par Golda Meir, qui était alors Premier ministre depuis plusieurs années.

Ce texte, publié en français pour la première fois, couvre la partie de la vie de l’auteur qui s’étend de son enfance en Russie et de sa jeunesse en Amérique, à son séjour au kibboutz Merhavia, dans les années 1920.

On y découvre, outre l’autoportrait de celle qui allait devenir la première femme Premier ministre de l’État d’Israël, la description fidèle et sans fioritures d’une génération tout entière, celle des pionniers de la Troisième Alyah (1921-1924).

Liliane Messika
Causeur
Read More
La biographie la plus précoce de la « grand-mère d’Israël »
+ Lire l'article
Ilana Ferhadian
Radio J
Read More
Une des plus grandes dames de la scène politique israélienne…
+ Lire l'article
Sandrine Szwarc
Radio Shalom
Read More
Un personnage fascinant
+ Lire l'article





Yana Grinshpun
L’Express
Read More
Le féminisme revendiqué par Golda Meir est bien éloigné des mouvances féministes plus radicales qui ont connu depuis le succès que l'on sait. La lecture de ses souvenirs de jeunesse n'en est que plus instructive pour découvrir le parcours de la troisième femme devenue Premier ministre - et la seule à ce jour en Israël.
+ Lire l'article
Liliane Messika
Causeur
Read More
La biographie la plus précoce de la « grand-mère d’Israël »
+ Lire l'article
Ilana Ferhadian
Radio J
Read More
Une des plus grandes dames de la scène politique israélienne…
+ Lire l'article
Sandrine Szwarc
Radio Shalom
Read More
Un personnage fascinant

+ Lire l'article




Yana Grinshpun
L’Express
Read More
Le féminisme revendiqué par Golda Meir est bien éloigné des mouvances féministes plus radicales qui ont connu depuis le succès que l'on sait. La lecture de ses souvenirs de jeunesse n'en est que plus instructive pour découvrir le parcours de la troisième femme devenue Premier ministre - et la seule à ce jour en Israël.
+ Lire l'article
Presentation de l'éditeur

Les fragments d’autobiographie de Golda Meir, La maison de mon père, qui viennent d’être traduits de l’hébreu par Pierre Lurçat et publiés aux éditions l’Éléphant Paris-Jérusalem, retracent la jeunesse et les débuts de l’engagement politique de Golda Meir, aux États-Unis puis dans la Palestine mandataire des années 1920. Cet ouvrage est intéressant à plusieurs titres. On y trouve la description d’une génération, qui a vu édifier plusieurs institutions essentielles du Yishouv (ensemble de population juive qui se trouvait en Palestine avant la création de l’État d’Israël), comme la Haganah (ancêtre de Tsahal) ou la Histadrout, et celle des valeurs fondatrices du sionisme travailliste, aujourd’hui moribond.

On y voit également l’émergence d’une femme politique de premier plan, dont le rôle dans l’édification de l’Etat est incontesté, même si son aura a pâli après la Guerre de Kippour, qui a mis fin à sa carrière. Mais on y trouve aussi une conception du féminisme qui mérite sans doute d’être prise au sérieux, malgré la distance temporelle et culturelle qui nous en sépare. « Le fait est que j’ai vécu et travaillé toute ma vie avec des hommes, mais que d’être une femme n’a jamais représenté pour moi un obstacle, en aucune façon. Non, je n’en ai jamais ressenti ni malaise ni infériorité, ni pensé pour autant que l’homme est mieux loti que la femme – ou que c’est un désastre que de donner le jour à des enfants… » écrit-elle. 

La biographie la plus précoce de la « grand-mère d’Israël »

Liliane Messika

Causeur

La biographie la plus précoce de la « grand-mère d’Israël »

Liliane Messika

Causeur

LinkedIn
WhatsApp