Vladimir Jabotinsky

Le mur de fer

En 1923, Jabotinsky publiait un article au titre devenu célèbre : le « Mur de Fer ». Il y exposait sa conception du conflit israélo-arabe, élaborée au lendemain des émeutes de 1921 à Jérusalem, auxquelles il avait pris part en tant que témoin actif, ayant organisé l’autodéfense juive au sein de la Haganah. Cent ans plus tard, ses idées sur le sujet demeurent d’une étonnante actualité. Les articles réunis ici exposent une vision du conflit qui reste en effet très pertinente, tant à propos des racines du conflit israélo-arabe que des solutions que préconise Jabotinsky.

Celui-ci a en effet été un des premiers à reconnaître que le conflit entre Israël et les Arabes était de nature nationale et que la nation arabe n’allait pas renoncer à ses droits sur la terre d’Israël en échange des « avantages économiques » apportés par l’implantation sioniste. Mais ce constat lucide ne l’a pas conduit à préconiser un partage de la terre ou un Etat binational, contrairement aux pacifistes de son temps. L’originalité de l’analyse de Jabotinsky réside ainsi tant dans le respect qu’il porte à la nation arabe, que dans son refus de transiger sur les droits du peuple Juif.

Dans la presse
Presentation de l'éditeur

Les conceptions de Jabotinsky sur le conflit judéo-arabe en Eretz-Israël et sur la validité des revendications nationales arabes sont marquées par une logique implacable et exemptes de tout dogmatisme. Il en a exprimé la quintessence dans les premières lignes de son fameux article “À propos du mur de fer”, où il explique que [la paix] “ne dépend pas de notre attitude envers les Arabes, mais uniquement de l’attitude des Arabes envers le sionisme”. En d’autres termes, la question d’un règlement pacifique du conflit (qui se pose jusqu’à nos jours dans des termes qui n’ont pas fondamentalement évolué) dépend essentiellement de l’attitude arabe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.